Carrefour, Caisse d’Epargne ou Casino et près d’une quinzaine d’autres marques affichent ces derniers temps des nouvelles identités sonores où sonne le sifflet. Nouveau code universel ou preuve flagrante d’un manque d’imagination ?

Il fut un temps, au milieu des années 90, où toute une série de logos visuels avaient affiché à peu près le même symbole au même moment. On avait appelé ça la bonhommisation des logos. Il fallait mettre des petits bonhommes partout. C’était d’ailleurs bizarre puisque deux des marques à la pointe de ce mouvement étaient frontalement concurrentes : Bouygues Telecom et Cegetel. Les footeux connaissent celui de la LFP, et son petit bonhomme balle au pied, et pourrait en citer un bon nombre, dont heureusement l’essentiel a disparu. La planète Futuroscope avait son bonhomme mais l’a abandonné, le site de bourse en ligne Fortuneo l’a toujours tout comme la banque espagnole Caixa. A l’époque, on disait que les débuts d’Internet poussaient les marques à afficher davantage d’incarnation et de proximité et que la réponse la plus évidente était de dessiner des bonhommes. Pas convaincant et surtout pas très inventif.

Et bien, côté identité sonore, il semble que l’on vive actuellement un mouvement identique avec le sifflet. La nouvelle identité sonore de Carrefour : du sifflet, celle de la caisse d’Epargne, du sifflet. Jardiland : du sifflet, Casino, du sifflet. Vous en voulez d’autres. Ecoutez la radio, ça siffle non stop et ce n’est pas un larsen !

Depuis longtemps, le sifflet était presque réservé au monde du bricolage. C’était un peu trivial mais au moins ça avait un sens. Weldom ou Brico Depot ont longtemps affiché du sifflet. Il y avait une forme de réminiscence du « Sifflet en travaillant » de nos amis les sept nains. D’accord.

Siffler, c’est cool. Siffler c’est être en confiance, siffler, c’est être humain. C’est ce qu’on a entendu et lu dans certaines explications apporter par ces nouveaux siffleurs. Pas très pro. Pas convaincant.

Le nec plus ultra de la tarte à la crème semble atteint quand le sifflet s’accompagne d’une guitare acoustique. Allez-y, comptez, c’est presque incroyable. A défaut d’être une bonne recette créative, c’est peut-être une bonne recette commerciale, celle qui permet de vendre un projet pas très intéressant, sous pretexte que c’est tendance.
Evidemment, il serait un peu vache de mettre tout le monde dans le même sac. Carrefour, c’est quand même mieux que la très aseptysée signature de la GMF, sifflet solo, brut et lisse, mais est-ce suffisant pour trouver ça bien.

Amis des marques, dites-leur. Trop de facilité tue la facilité. Ces codes ne tiendront pas longtemps pour les mêmes raisons qui avaient conduit beaucoup parmi les marques bonhomme à changer. C’est dommage de créer une identité sonore nouvelle et de prendre des codes déjà saturés. Ça n’aide pas à durer, en espérant que cette mode prenne bientôt fin pour que la créativité trouve de vrais nouveaux codes. Allez, jeu de mots facile, mais on sera content de donner le coup de sifflet FINAL.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here